Rechercher
  • Transitions

Transitions confinées #3 - Entraide Puisaye & nouveau réseau spécial Covid (distri produits locaux).

Mis à jour : avr. 17

« Contribuer au bonheur d’autrui est un de nos besoins humains les plus forts."

M. Rosenberg.


Sans autre introduction, je laisse la plume (ça reste plus classe que le clavier) à Cyril Guiborat et Frédéric Carrier, initiateurs et animateurs de ces (fameux) réseaux d'entraides en Puisaye (et même plus!) qui répondent à quelques questions.



Mais d'abord qui sont-ils?


Cyril :  Ce que j'aime en ce moment c'est être au contact de la vie et de ses différentes manifestations, sensibiliser la société sur l'effondrement en cours de la civilisation thermo-industrielle et de notre éco-système, agir dans la construction d'autres modes de vivre-ensemble, humains et sauvages, libres et coordonnés. J'aime aussi aider les gens à traverser leurs conflits, par la médiation CNV (Communication Non Violente).

Frédéric : Depuis quelques années où je suis revenu en pleine campagne, j'ai ressenti la nécessité des interactions entre les habitant-e-s et leurs activités de manière primordiale et concrète. Cela fait écho à un élan, comme mon choix de vie par la création d'une activité maraîchère bio pour redynamiser la biodiversité sur mon site et le collectif avec mes collègues; mes ami-e-s, mes voisin-e-s. J'ai envie de participer à ajouter de nouvelles "briques", des ponts de résilience joyeuse à travers la Puisaye, et au-delà.

Quand est-ce que le groupe d’entraide en Puisaye a été créé ? Selon quels constats et dans quels objectifs ?


C : J'ai lancé la liste de diffusion Entraide Puisaye en juin 2019. Je voulais avoir une liste de diffusion via laquelle demander de l'aide pour certains de mes projets ou offrir de l'aide à ceux qui pourraient en avoir besoin. Je voulais rassembler du monde autour d'une valeur qui m'est très chère : le don.

Je trouve que les transactions financières et même les échanges de manière générale favorisent à nous couper de la beauté présente dans l'action de donner. Cette beauté n'est pas mesurable, elle n'est pas quantifiable. Elle est joyeuse, unique et profonde. Elle se suffit à elle-même. Encore faut-il s'écouter et ressentir, plutôt que de compter et chercher à obtenir.

Personnellement, j'aime beaucoup donner, sans attendre de contrepartie, et j'aime beaucoup recevoir sans contrepartie. Je trouve qu'on se complique parfois beaucoup la vie avec plein de conventions et de règles alors que dans bien des cas, le lien humain de qualité, de soi à soi, et de soi aux autres, suffit à obtenir ce qu'on cherche, de manière fluide, souple et parfois magique.

Aussi, je suis attristé de constater qu'on est nombreux à rester dans nos cercles, et à ne rencontrer que des personnes que nous connaissons déjà, ou du même monde que nous. Nous nous privons de tant de richesses ! Et je crois que pour faire société il faut discuter avec des gens différents et des expériences différentes; je crois que le non-brassage des gens et des mondes entre eux, est une des causes majeures de l'effondrement de notre civilisation. Si nous souhaitons passer les turbulences et les changements majeurs en cours et à venir, il est urgent de nous relier, de nous connecter vraiment à nous-mêmes et l'univers dans lequel nous coexistons.

Or, une chose qui nous unit tous, c'est qu'on a tous besoin d'aide à un moment de notre vie, pour ceci ou pour cela. En passant notamment par une liste de diffusion large public, on s'offre la possibilité de rencontrer des gens qu'on n'aurait jamais rencontré autrement. Alors, notre monde s’agrandit petit à petit, nos points de vue s'élargissent petit à petit, l'humanité s'enrichit petit à petit.


F : J'ai rejoint le projet de Cyril très tôt, parce que l'idée d'un S.E.L. (Système d'Echange Local) sur le territoire de la Puisaye me trottait déjà dans la tête. Je rêvais d'une forme d'échange sans contrepartie financière pour répondre à de menus services. 

Le groupe Entraide Puisaye installe un nouveau paradigme, une alternative au système. La notion de don plutôt que d'échange m'a séduite et nous avons pu la valider avec les premier-e-s adhérent-e-s pour définir ensemble ce qu'est le don dans le cadre de ce nouveau genre d'entraide entre (presque) inconnu-e-s. C'est un changement subtil, mais fort. En effet, un SEL est basé sur une forme de troc équitable au sein d'un réseau, abandonné par nos membres. Ensuite le système d'entraide agricole, tel qu'il existe aujourd'hui, permet aux agriculteurs-trices de travailler les un-e-s chez les autres, avec des engins le cas échéant, est soumis à une comptabilité stricte et à des barèmes. A mon sens, il s'agit un dévoiement du sens premier du mot ''entraide'' du type "coup de main" qui ne devrait pas être une valeur comptable. Ici, pas de livre de comptes non plus. Je suis heureux de notre choix : sans réciprocité, en misant sur une auto-régulation qui s'opérerait envers ceux ou celles qui abusent.

Enfin, il a fallu aussi définir ce qui distinguait cette entraide du travail dissimulé par rapport au partage ponctuel de compétences acquises ou exercées dans un cadre professionnel. 



Combien de personnes compte-t-il ? Sur quelle zone géographique ?


C : Nous sommes pour l'instant 139 "abonné.e.s" sur cette liste de diffusion, Nous sommes essentiellement sur la Puisaye, avec quelques personnes aux limites et que nous sommes aussi heureux d'avoir parmi nous.


F : Par l'effet centré du Café associatif chez M'an Jeanne et Petit Pierre, géré par l'association Puysart, le réseau s'est développé 20 à 30 km tout autour.



Comment ça fonctionne ?


C : Pour s'inscrire et devenir "abonné.e" de la liste, il suffit d'aller ici et de rentrer son adresse mail :  https://framalistes.org/sympa/subscribe/entraide.puisaye


Une fois que c'est fait, tu peux envoyer un mail à "entraide.puisaye@framalistes.org", soit pour demander de l'aide, soit pour proposer de l'aide. Chaque abonné.e recevra alors ton mail et pourra te répondre directement s'il.elle le souhaite.

L'aide donnée ou proposée est sur la logique du don, gratuit, sans contrepartie.


Il existe une charte plus complète du fonctionnement de ce groupe ici : https://mypads.framapad.org/p/fonctionnement-liste-entraide-puisaye-zvxfs7n1



Avez-vous des chiffres : nombre de propositions/demandes/d’échanges… ?

C & F : Concernant les propositions d'aide : une quinzaine de mails ont été envoyés, contenant pour certains plusieurs types d'aide. Par exemple, ont été proposés des covoiturages, un accès internet de qualité, faire des courses, aider au bricolage, au rangement, garder les animaux, du prêt d'outils, déplacer une remorque ou des meubles, des conseils en informatique, en photographie...

Concernant les demandes d'aide, il y a du y en avoir environ 140. Les demandes étaient, elles aussi très diverses. D'individu à individu, elles étaient de tous types et couvraient une partie de nos quotidiens (jardinage, élagage, prêt ou conducteur d'un utilitaire pour déménager, assistance WEB, partage de plants, constructions atypiques, cours de couture, etc.). Certaines ont permis d'aider à rassembler beaucoup de monde pour un chantier afin de le rendre facile - un exemple spectaculaire comme le déplacement d'une serre montée sur 10 mètres, portée à bout de 50 paires de bras. Une telle action de mobilisation sur 15 minutes n'aurait pas été possible dans le seul cercle de connaissances ou un village.

Nous avons fait aussi 3 soirées "Rencontre Entraide Puisaye", qui nous permettent de nous rencontrer, de témoigner des aides demandées, reçues ou données, et de discuter du fonctionnement du groupe.

Ces soirées ont lieu tous les 3 mois dans le cadre convivial du Café associatif chez M'an Jeanne et Petit Pierre, où nous partageons les anecdotes autour d'un repas partagé.



Quels constats faites-vous aujourd’hui concernant les bénéfices de ce groupe ?


C : Des personnes ont demandé de l'aide et en ont reçu.

Des personnes ont proposé de l'aide et ont pu contribuer au bien-être d'autrui.

Des personnes ne se connaissant pas se sont rencontrées; pour certaines c'était "juste" un bon moment, ce qui est déjà énorme. Pour d'autres ce sont des amitiés et des projets communs qui en ont découlé.

Je sais aussi que pour certaines personnes, la seule existence de ce groupe suffit à leur donner de la joie et à les réconforter.

Enfin, des abonnés à cette liste ont fait part à plusieurs reprises à quel point cela les comblait de voir autant de demandes et de propositions diverses, un peu comme si elles se sentaient appartenir à un collectif vivant, et plein de richesses partagées. La simplicité de l'interaction humaine est aussi appréciée : il suffit de demander, ou il suffit de proposer !


F : D'autres sont ravies de la portée plus vaste qu'un SEL, avec un potentiel de réponses beaucoup plus étoffé, ou que le don par plaisir et en responsabilité est un système qui marche encore !



Y-a-t’il des conséquences non souhaitées : dysfonctionnements, déséquilibres, problèmes...?

C : Il y a déjà eu des personnes qui ont demandé de l'aide qui n'ont pas reçu d'aide...

La plupart des retours que j'ai eus, ce sont les retours des personnes que je croise pour telle ou telle occasion, et qui m'en parlent. Les retours se font par ailleurs durant les soirées "Rencontre Entraide Puisaye" qui sont là aussi pour que chacun.e puisse témoigner de son expérience, agréable comme désagréable. C'est important de le dire dans les deux cas !


F : Il y a eu une discussion sur l'aide demandée par une association, ce qui pouvait revenir à un détournement de subvention, via la gratuité. Il a d'abord été question d'exclure les associations et donc les personnes morales du groupe d'entraide. En effet, l'entraide ne peut s'exercer pour satisfaire au fonctionnement d'une association, même ponctuel. Pour autant, le groupe peut permettre la mise en relation pour trouver tel savoir-faire, équipement ou service.

Par ailleurs, des demandes effectuées pour des personnes en situation de handicap ont interpellé certains membres, parce qu'il existe des services dédiés ou des personnes formées pour répondre à ces besoins, pour lesquels un-e lambda peut se trouver démuni-e à donner l'aide adéquate.

Des membres sensibilisées au handicap se sont proposées pour contacter le demandeur pour mieux comprendre sa demande et il n'y a pas eu de nouveau message, ce qui peut vouloir dire que la demande a été comblée.



La citation de bas de mail est « contribuer au bonheur d’autrui est un de nos besoins humains les plus forts », pouvez-vous en dire un mot, et de son auteur ? 


C : Avec une très grande joie ! Et même en plusieurs mots !

Marshall Rosenberg est une des personnes les plus inspirantes qu'il m'ait été donné de lire et d'écouter. C'est un ancien psychothérapeute et médiateur international qui a fondé la "Communication Non Violente" (CNV), aujourd'hui présente dans la plupart des pays du monde à travers le CNVC, réseau international. La CNV est, pour moi, un processus qui aide à l'écoute profonde de soi, à l'expression authentique de ce qui est vivant en soi, et à l'écoute avec empathie de ce qui est vivant chez l'autre. C'est une boite à outils géniale au service de la relation à soi et aux autres.

La citation de Marshall « contribuer au bonheur d’autrui est un de nos besoins humains les plus forts » a résonné très juste en moi. Lorsque je donne à quelqu'un quelque chose qui l'aide à vivre un peu plus heureux ou apaisé, et que j'écoute en moi ce que cela me fait, je constate que je me remplis de chaleur et de joie. Il y a du sens dans cet acte, aussi petit ou grand soit-il.

C'est un besoin fondamental, comme on a besoin de manger et de boire, de dormir et de bouger; on a besoin de contribuer à la vie, au sens large du terme. Ça fait du bien de se le rappeler, et ça fait encore plus de bien de le vivre !


F : La Puisaye est un territoire austère humide, assez peu peuplé, où chaque déplacement nécessite 20 à 30 km. Ces distances géographiques sont pesantes et nuisent à l'attrait de ce terroir. L'émergence d'un groupe d'entraide, au delà des limites de la Puisaye permet à la fois de désenclaver et de se rencontrer dans la joie. Au début de chaque expérience du don il y a une difficulté à remercier réciproque, à apprécier combien il est facile de contribuer au bonheur véritable de ses voisin-e-s. C'est cela que rappelle cette phrase pour accepter de recevoir de l'aide : ça fait du bien de partager le "beau, le bon, le bio" :  le beau geste, le bon moment, le vivant ! Aussi, elle n'est pas sans rappeler un indice de richesse avec le Bonheur National Brut du Bouthan, qui s'élève gravement en Puisaye, j'espère !



Hier vous avez créé un nouveau groupe spécifiquement pour le temps du confinement : dans quel objectifs et comment va-t-il fonctionner ? 


F : A l'initiative de quelques collègues producteurs, j'ai créé un groupe supplémentaire - covid.entraide.puisaye -  parce que l'existence et l'essence du groupe "Entraide Puisaye" n'est pas mercantile, et ne peut le devenir. Cependant la force de ce type de réseau peut être importante pour les producteurs-trices locaux-les qui souhaitent réorganiser immédiatement leurs ventes bloquées, et répondre à leurs voisin-e-s qui veulent les soutenir et/ou acheter autrement qu'en grande surface.


Le groupe local d'entraide spécifique à la pandémie (et par nature provisoire) sert à mettre en relation quelques producteurs-trices de la Puisaye avec leurs voisin-e-s. Les producteurs-trices locaux-les proposeront dans un premier temps, via des messages collectifs, des points de livraison disséminés sur des parcours (fromages, légumes, œufs, etc.) ou des commandes groupées (ex : viande) puis livrées.



Je peux témoigner, samedi dernier j'ai passé commande pour des légumes, pommes, noix... J'ai transmis l'info à mes voisin-e-s qui ont également commandé, on a donc été cinq ménages à être livré à domicile, la classe !


Alors, comment on fait pour s'inscrire à ces groupes ?

Pour le groupe "Entraide Puisaye", il suffit d'inscrire son mail sur cette page : https://framalistes.org/sympa/subscribe/entraide.puisaye .

L'inscription implique l'adhésion à la charte suivante : https://mypads.framapad.org/p/fonctionnement-liste-entraide-puisaye-zvxfs7n1 .


Pour le groupe "Covid Entraide Puisaye", il suffit d'inscrire son mail sur cette page : https://framalistes.org/sympa/subscribe/covid.entraide.puisaye


Voulez-vous dire autre chose ?


C : Oui, d'autres groupes ont été créés à la suite de celui-ci (qui est lui-même une suite de projets, idées, groupes) :


- dans le Jovinien (entraide.joigny@framalistes.org -> pour s'inscrire : https://framalistes.org/sympa/subscribe/entraide.joigny )


- vers Saint-Aubin-Chateauneuf, Aillant, Toucy (val_entraide@framalistes.org -> pour s'inscrire : https://framalistes.org/sympa/subscribe/val_entraide )


- dans le Sénonais (entraide.senonaise@framalistes.org

-> pour s'inscrire, https://framalistes.org/sympa/subscribe/entraide.senonaise )


Pour ceux qui souhaitent créer une liste par chez eux, c'est très facile à faire puisque j'ai déjà fait le plus gros du travail de configuration, qu'il ne reste qu'à copier et personnaliser. N'hésitez pas à me contacter (cyril.guiborat@gadz.org) si vous voulez en créer une aussi.


F : C'est exact, la création de la nouvelle Framaliste nous a pris 15 minutes !


C : Plus il y a de monde dans ces listes, plus elles fonctionneront, et plus elles pourront se décliner en des entités locales, créant ainsi un maillage résilient. Pour cela, partagez l'info autour de vous, invitez des voisins et impliquez vous dans les réseaux pour les faire vivre !

Je tiens aussi à remercier particulièrement les équipes de Framalistes.org et de Framasofts, ainsi qu'à tous ceux qui œuvrent aux "logiciels libres". Ils contribuent à un vrai changement de société en donnant de leur temps, de leur énergie et de leur créativité au service d'un monde plus libre et plus juste. J'invite tous ceux qui ont quelques sous à les soutenir financièrement afin de les aider à continuer à nous enrichir (par ici https://soutenir.framasoft.org/ ).



Merci messieurs, puissent ces élans de reliance, d'entraide et de solidarité se déployer encore et encore dans la joie !

Julie



Quelques liens complémentaires...


Un message de la Cagnole, pour continuer à consommer bonbiolocal : pendant la pandémie du coronavirus, demeurer solidaire des partenaires locaux du réseau de la Cagnole : connaître leurs annonces ! "


Le site Covid-entraide pour trouver ou référencer un groupe local.


Et toujours, Pablo Servigne et Gauthier Chapelle : L'entraide, l'autre loi de la jungle.



"Si vous allumez une lampe pour quelqu’un d’autre, elle égaiera aussi votre chemin."

Attribué à Bouddha.




0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now